Lena Tomatis †

 

Un proverbe allemand dit que "derrière chaque grand homme se cache une femme forte". Dans tous les cas, c'était vrai pour le couple Léna et Alfred Tomatis. Ils se sont connus dans le cabinet ORL parisien de Tomatis, où Hélène Magnet (Léna, née le 02/09/1928) était employée à l’époque. Rapidement, la "main droite" du professeur devint son grand amour et ils se marièrent en août 1958. Voici un passage éloquent de la plume de Tomatis sur Léna dans son ouvrage autobiographique L‘oreille et la vie  : “j'y puise la mielleure part de mon propre dynamisme, de ma propre ténacité…. La communication était si riche, si intense, si profonde, qu'il vaudrait peut-être mieux parler de communion. [...] Et chaque mot échangé semblait nous rapprocher l'un de l'autre, cimenter ce que nous étions en train de construire. Cette précieuse sensation, nous l'avons encore aujourd'hui: nos deux personnalités se sont réellement fondues en un seul couple.“

D'ailleurs, Léna était un passage obligé pour quiconque voulait approcher le professeur. C'était elle qui assurait les arrières du grand chercheur, scientifique et médecin. Elle formait un véritable écran entre lui et le public, afin de lui permettre de se consacrer le plus tranquillement possible à son travail. Elle possédait des talents très variés, dont un véritable don pour l'organisation : ainsi, c’est elle qui assurait la rédaction d'un grand nombre d'ouvrages et de publications de son mari, ce qui permit à un large public de non-scientifiques d'accéder à l'univers des pensées de Tomatis, et à sa méthode. La dédicace de son ouvrage Vers l’écoute humaine 2 se lit comme suit :  „A toi, Léna, qui sus recueillir ces dires afin que ce livre soit".

Jusqu'au jour de son décès, le 25 décembre 2001, Léna soigna son mari Alfred avec amour dans leur villa de Carcassonne, demeure de leurs vieux jours.  Dans les années qui suivirent le décès de son mari, Léna a mené une vie très retirée. Le 15  août 2016, Léna est décédée à son tour, à l'âge de 88. Elle a été inhumée aux côtés de son mari Alfred dans le caveau familial du cimetière de Carcassonne.

 

 

Retour